Bulletin municipal n°3

Les travaux du conseil municipal

Le plan d’occupation du cimetière a été mis à jour et le règlement du Columbarium est publié.

Le conseil a examiné une éventuelle participation de la commune aux nuits romanes de la région Poitou-Charente en 2016. Il s’est déclaré intéressé mais compte tenu des incertitudes à lever au préalable quant aux moyens financiers et humains nécessaires, il a décidé de n’envisager une candidature qu’en 2016 pour 2017 après étude du dossier.

Le conseil a approuvé l’octroi d’une subvention de 50 € à l’association « Poly’sons » de Villefagnan qui vient de se créer et remplace la chorale « Interlude ».

Jean-Marc Pottier a été désigné Référent communal pour la lutte contre le Frelon asiatique et, à ce titre, a été formé sur cet insecte nuisible. Nous rappelons qu’en l’absence de feuilles dans les arbres, la période actuelle est propice à la découverte de nouveaux nids et que ceux-ci doivent être signalés à la mairie.

Les nouvelles du village et du pays

La mise en place des plates-formes pour les containers destinés aux sacs jaunes sera réalisée au printemps.

Tri des déchets: en 2016, les plastiques souples comme les films entourant les bouteilles, les sacs plastiques, les sachets alimentaires… ainsi que les plastiques rigides comme les pots de yaourt, de crème, les boîtes de confiserie, les barquettes polystyrène… seront recyclables par CALITOM et à jeter dans les sacs jaunes.

Le Pays du Ruffecois, regroupe quatre communautés de communes (Pays d’Aigre, La Boixe, Pays Manslois et Val de Charente) qui lui ont confié la mission d’élaborer et de mettre en oeuvre son SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale). C’est une démarche dont l’objectif est de mettre en cohérence l’ensemble des politiques locales en matière d’habitat et de développement urbain, d’économie et d’organisation des mobilités et des services. L’élaboration du SCoT sera terminée en 2017. Il devra ensuite être approuvé par le préfet. Ses prescriptions, qui contribueront au développement durable du territoire, auront alors une valeur réglementaire. A noter qu’Isabelle Tonka-Auricoste est la présidente du Pays. Dans le cadre de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale), le Préfet demande le renforcement de certaines intercommunalités jugées trop petites ainsi que le regroupement à l’échelle du département des différents syndicats de gestion de services publics (distribution d’eau potable, traitement des ordures ménagères, …). Notre Communauté de communes, Val De Charente, n’est pas concernée car d’une taille (13500 habitants) proche de l’objectif (15 000 habitants). En revanche, le syndicat intercommunal d’eau potable de la région de Villefagnan est directement visé et doit se regrouper avec d’autres syndicats du même type. Le Conseil municipal de Theil s’est prononcé contre un tel regroupement car il estime que, compte tenu, d’une part, de la diversité et du caractère forcément local de la ressource et, d’autre part, des faibles charges de structure de l’actuel syndicat (un Président, maire par ailleurs de Villegats et une secrétaire, également secrétaire de Raix), les gains obtenus sur les coûts et sur la qualité de la maîtrise d’ouvrage seraient négligeables. Il estime également que la gestion de l’eau doit être proche du terrain. En revanche, le conseil n’est pas opposé à certains rapprochements au niveau de la communauté de commune en précisant toutefois que nos principales sources d’approvisionnement actuelles n’y sont pas localisées (St Fraigne et Aunac).

La découverte du village

Maison à balet de Theil avant restauration Maison à balet de Theil avant restauration

Aujourd’hui, nous nous intéressons à une maison dont tout le monde a dû remarquer le curieux balcon dont elle est dotée. Il s’agit d’une maison dite «à balet», construction relativement courante dans les deux Charentes. En patois, le baletra est l’escalier extérieur de pierre, abrité d’un auvent, qui conduit à l’étage ou au grenier. Ici l’escalier est à l’arrière du « balcon » sur le côté sud de la maison et conduisait aux pièces d’habitation situées à l’étage qui, de ce fait, était à l’abri de l’humidité et profitaient de la chaleur des bêtes. Le rez-de-chaussée abritait autrefois les communs (cuisine) et les bêtes. Le balet avait une autre fonction importante: il permettait de voir et surtout de se faire voir tout en étant abrité des intempéries. Comme beaucoup de ces maisons, elle comportait également un grenier accessible de l’extérieur et qui servait à entreposer le grain.

Comme nous l’avons vu dans le 1er numéro de ce bulletin, la plupart des maisons anciennes de Theil auraient été construites dans la 2ème moitié du 19 ème siècle et au 20 ème siècle. Cependant, beaucoup d’historiens pensent que les maisons à balet sont plus anciennes car elles sont construites sur le modèle de maisons romaines à escalier de pierre extérieur. Ils pensent également qu’étant assez onéreuses car construite en pierre de taille avec un escalier lui aussi en pierre, elles étaient alors l’habitation de notables ruraux, marchands, artisans aisés, éleveurs ou vignerons. Dans notre cas, nous ne savons pas qui l’habitait ni son âge exact mais nous avons vu dans le n°2 de « Sous les tilleuls » que cette maison est mentionnée dans le cadastre de 1829 confirmant ainsi que c’est une des plus anciennes maisons du village, encore présente de nos jours et, malgré un enduit un peu trop généreux, dans un état extérieur proche de celui de la carte postale ancienne.

Enfin, il est intéressant de la comparer avec une autre maison à balet, d’un style plus courant, située à Houlette, car cela permet de constater que celle de Theil est originale sur deux points : son escalier ainsi que l’auvent propre au balcon alors que généralement, par mesure d’économie, ce n’est qu’un prolongement du toit.

Maison à balet restaurée Maison à balet restaurée
Maison à balet située à Houlette Maison à balet située à Houlette